27
Thu, Jul
0 New Articles

Bien-fondé de l’approche groupale de la thérapie auprès d’auteurs de violence sexuelle

JIDV n°34
Typography

Psychologue clinicien, criminologue à l’Antenne de Psychologie et Psychiatrie Légales du 78 (APPL 78) du Centre Hospitalier Jean-Martin Charcot – 30 avenue Marc Laurent, 78370 Plaisir ; Psychologue clinicienne, addictologue, sexologue, criminologue aux consultations spécialisées intersectorielles du Centre Hospitalier de Meaux – 8 rue Saint Fiacre, 77100 Meaux (Groupe Hospitalier de l’Est Francilien – GHEF) et doctorante en neurosciences cognitives dans le Laboratoire CHArt (Cognition Humaine et Artificielle).

Résumé

 

La clinique des Auteurs de Violence Sexuelle (AVS) est particulière tant au niveau de ses traits de personnalité qu’à celui de ses mécanismes de défense. Mais réaliser le profilage n’est pas suffisant avec cette patientèle particulière pour rendre la thérapie efficiente. Il faut veiller à neutraliser le contre-transfert (ce que le patient évoque au professionnel) et diffracter le transfert (ce que le thérapeute renvoie aux patients). Pour se faire, le groupe apparaît être le dispositif idéal pour la prise en charge de sujets bénéficiant d’une obligation de soins. Il offre notamment la possibilité d’adapter l’attitude soignante, empathique et neutre, mais également plus directive et cadrante, que nous avons appelée la « bienveillance confrontrante », autrement dit, la possibilité d’être le miroir-témoin de la réalité du sujet mais aussi de celle de la société ou de la victime que les AVS occultent par manque d'altérité ou par défi. Outre les effets communs à toutes thérapies, celle-ci présente des intérêts particuliers : prévenir la récidive, aider le patient à reconnaître les faits, la victime, la Loi, à repérer ses vécus émotionnels et déployer son introspection (analyse du monde intérieur), son insight (adaptation au monde extérieur) et des liens sociaux plus sains.  

 

Mots-clés : Thérapie, groupe, obligation de soins, auteurs de violence sexuelle, clinique, techniques.  

 

 

Abstract

 

The clinic Sexual Violence Authors is unique both in terms of personality traits and to its defence mechanisms. But realize profiling is not enough with this particular patient base to make efficient therapy. Care must be taken to neutralize the cons-transfer (the patient evokes to professional) and diffract the transfer (the therapist sends back to patients). To do so, the group appears to be the ideal device for the treatment of subjects benefiting from a duty of care. It offers the possibility to adapt the care attitude, empathetic and neutral but also more directive and cadrante, which we called the "confrontrante benevolence", i.e. the possibility of being the mirror-witness of the reality of subject but also that of society or the victim that AVS obscure for lack of otherness or challenge. In addition to the effects common to all therapies, it presents special interest: preventing recidivism, helping the patient to recognize the facts, the victim, the Act to identify his emotional experiences and deploy its introspection (analysis of the inner world) his insight (adaptation to the outside world) and more healthy social relationships. 

 

Key-Words: Therapy, group, care obligation, perpetrators of sexual violence, clinical, technical.  

 

 

Télécharger l'article au complet en PDF

 

 

 

En cas de problème, contacter  This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.